Explaining contemporary art to live eels

Explaining contemporary art to live eels belongs to an ongoing performative project in which guest speakers are invited to explain contemporary art to eels that are later released back into-the-wild. The work addresses issues related to transmission, diffusion, sending, receiving and not-knowing. Edition number four was commissioned by CAPC Museum of Contemporary Art, Bordeaux in 2008 and other editions were presented at Villa Arson, Nice and at La Panacée, Montpellier commissioned by curator and art historian Sébastien Pluot in the context of his research project In translation and related exhibitions.

In this installation the aquatic environment of Explaining contemporary art to live eels does not host the performative event but is reconfigured as an archival space where manifold affects from past performances are displayed together. Live eels are now exchanged with a copper sculpture, There is no simulation, in a sense a facsimile of a live eel, commissioned and produced by Villa Croce and cast at the Fonderia Artistica Battaglia in Milan.

“We still don’t know how to assemble, in a single, visually coherent space, all the entities necessary for a thing to become an object.”- Bruno Latour
“Comment devenir récepteur sans pour autant projeter nos propres idées, ou notre propre inconscient dans ce que nous sommes censé recevoir ? Au fil de nos séances, nous avons résumé nos échanges sur de grandes feuilles de papier, pour en conserver des traces. Et sans doute aussi afin, un jour, d’essayer d’en faire un support de travail. Quand nous nous sommes attelés à ces supports pour essayer d’y voir plus clair, il nous a semblé évident que la télépathie est plus une affaire de réception que d’envoi, ou tout du moins que c’est dans la réception que ce joue le plus intéressant. A San Francisco, quelques mois auparavant, nous avions tenté d’établir des échanges télépathiques avec l’Australie. De retour en France, c’est sur ces échanges que nous avons travaillé, mais quelle surprise quand nous avons réalisé que ce sur quoi nous pensions travailler, à savoir ce qu’ils avaient reçu en Australie de notre envoie, n’était en faite que l’analyse de ce nous avions reçu quelques jours avant. La télépathie est, en effet, une affaire de réception et malgré cette erreur, il est excitant de voir à quel point par l’intermédiaire de l’analogie, nous trouvons le moyen de donner sens à ce qui jusqu’alors relevait plus de l’absurde que du réel.”- Marie Gautier